Le plus difficile dans un cours d’initiation au B.S-D (Bâton de combat. Self-Défense), c’est de pousser la porte du gymnase.
En effet, on ne sait pas ce que l’on va y trouver derrière, je dirais même, ce premier réflexe de méfiance est nécessaire et naturel.

Pourquoi la méfiance ? Pour faire court, disons que « dans la vie, celui ou celle qui n’a pas peur est fou ». La peur est naturelle et la contrôler demande du travail sur soi.

Un des buts du B.S-D, est d’utiliser nos réflexes naturels avec l’aide de techniques martiales et de sports de combat, (appelées dans le jargon B.S-D : caisse à outil), afin de nous connaître nous même, pour mieux connaître les autres.
Un autre but est de prendre confiance en nous et de développer nos qualités techniques, physiques et mentales avec l’aide des instructeurs, des instructrices et de nos partenaires d’entrainement.

Contrairement aux idées reçues : "houlà, il ne faut pas vous embêter !", les pratiquants et pratiquantes d’arts martiaux ou de sports de combats, ne sont pas des personnes « dangereuses » ce sont généralement des non-violents.
Bien souvent c’est cette non-violence, ou le refus de la violence, qui amène une personne à pratiquer.

Un cours d’initiation se passe très calmement, il permet de « lâcher prise » c'est-à-dire, de passer deux heures en laissant nos soucis quotidiens à l’extérieur du Club.

Il ne s’agit pas non plus de montrer « que l’on est fort ».
Après la première difficulté (pousser la porte), survient la deuxième : laisser son orgueil au vestiaire.

Concernant la Self-Défense, ce qui est enseigné aux débutants et débutantes dans les premiers cours de Self, c’est de comprendre sur quelles bases on va travailler en Self-Défense (boxe pied-poing, clés, étranglements, saisies, sol, etc.), apprendre ces techniques et savoir comment s’en défendre.

On va apprendre les techniques les plus utiles, utilisées dans les Arts Martiaux et les Sports de combat.

Inutile d’avoir pratiqué ces disciplines avant de pratiquer la Self-Défense, mais si l’on a déjà pratiqué une discipline martiale ou de combat, ça aide, on progresse plus vite.

Il ne faut jamais s’auto évaluer par rapport à un partenaire ou une partenaire d’entrainement, la progression est personnelle, tout dépend de votre vécu, de vôtre âge, de vos capacités physiques, mentales etc., la progression prend le temps qu’elle prend.

La Self-Défense est à la portée de toutes et de tous, les enseignants et enseignantes en B.S-D sont formés pour cela, c’est leur engagement, leur but : faire progresser l’ensemble du Club.

Quelle différence y a t-il entre Arts Martiaux, Sports de combat et Self-Défense ?

Pour faire simple, les Arts Martiaux recherchent la perfection technique (partenaires d’entraînement).

Les Sports de combats, donc arbitrés, recherchent à vaincre un adversaire avec des règles sportives.

La Self-Défense cherche à se débarrasser d’un agresseur.

La Self-Défense utilise en plus des techniques d’Arts Martiaux ou de Sports de combat, des techniques interdites dans ces disciplines sportives, attaque des yeux, attaque des parties génitales etc., ainsi que des armes par procuration (clefs de voiture, fourchette de table, rouleau à pâtisserie, parapluie, etc.), en cas de légitime défense bien évidement.

Nous ne travaillons pas pour combattre un adversaire, la compétition sportive n’est pas notre but, nous ne recherchons pas non plus la perfection technique, ce qui nous intéresse c’est l’agresseur, ce qui est complètement différent dans l’esprit et dans la méthode tout en respectant les valeurs humaines, les valeurs des arts martiaux que nos anciens et anciennes nous ont transmises ainsi que les articles de loi concernant la légitime défense (122-5 et 122-6).

En cas d'agression, il n'y a que trois possibilités :

1 - La fuite, il faut être humble (et parfois se cacher : agresseur seul, en groupe ou attentats).

2 - La sidération (sans réaction, l'agression est totale : blessures graves, viol, meurtre).

3 - Le combat (avec de l'expérience, le cortex peut prendre le dessus et on a une petite chance de s'en sortir).
     Cortex, voir ce lien : https://www.baton-self.com/fr/sagesse-du-bsd/le-cortex

J'ai débuté ma passion (la pratique des Sports de combat et des Arts Martiaux) en 1963. Lorsque j’ai créé le B.S-D et commencé à enseigner en septembre 1985, mes amis, profs de Judo et de Yoseikan Budo, m’ont demandé si je n’étais pas tombé sur la tête en incluant le mot Self-Défense. Un prof d’Aïkido complètement idéologisé a même traité ma discipline de « violente ». Cet homme n’avait rien compris. La Self-Défense est faite pour préserver notre intégrité physique et si possible, stopper la violence exactement comme l’Aïkido ou n’importe quel Art Martial.

Je n’ai jamais critiqué une discipline ou un sport de combat, ni une ou un prof. Chacun, chacune a le droit de vivre sa passion comme il ou elle l’entend et de la transmettre si des personnes sont réceptives aux valeurs, principes et techniques de cette discipline.

De nos jours, avec la montée en puissance des agressions, beaucoup de clubs d’Arts Martiaux, voire de Sports de combat, enseignent la Self-Défense. Peu importe leur idéologie ou les techniques enseignées issues de tel ou tel art martial. Un débutant, une débutante a besoin de découvrir et d’auto évaluer ses capacités mentales, physiques et techniques. J’étais donc dans le vrai en 1985.

Par contre, si l’on continue la pratique de la Self-Défense, on se rend vite compte que des bases d’Arts Martiaux ou de Sports de combat enseignées en club ne sont plus suffisantes. La rue, les agressions, la violence et le vice c’est autre chose que des dojos ou des salles de sports.

Bien sûr, une ou un ancien compétiteur aura de bonnes bases de combat, mais en compétition il y a des règles, dans la rue aucune. C’est se défaire des règles qui est le plus important en survie. La Self-Défense apprend cela.

Bonne Initiation en B.S-D et surtout, ne considérez pas ce cours comme une sortie « défoulante » en boîte de nuit, ni d’ailleurs comme un cours magistral à la faculté. Une seule règle : politesse et respect entre les personnes, l’humour est bien évidement le bienvenu.

Jean BRINKER fondateur du B.S-D

Convivialité

La convivialité fait partie du club.

Témoignages

         Lire la suite